Corvo

Corvo

Faial

Faial

Flores

Flores

Graciosa

Graciosa

Pico

Pico

São Jorge

São Jorge

São Miguel

São Miguel

Santa Maria

Santa Maria

Terceira

Terceira

Île de Madère

Île de Madère

Îles Desertas

Îles Desertas

Porto Santo

Porto Santo

Bragança et le Trás-os-Montes, terre de traditions

Bragança et le Trás-os-Montes, terre de traditions

Coimbra et sa région

Coimbra et sa région

Alentejo, voyage à travers l'histoire et les grands espaces

Alentejo, voyage à travers l'histoire et les grands espaces

L'Algarve, soleil, plage et influences mudéjares

L'Algarve, soleil, plage et influences mudéjares

La Vallée du Côa, la rivière aux mille gravures

La Vallée du Côa, la rivière aux mille gravures

La Vallée du Douro, entre nature et culture

La Vallée du Douro, entre nature et culture

La Vallée du Tage

La Vallée du Tage

Le Grand Lisbonne

Le Grand Lisbonne

Le Minho, berceau de la nation portugaise

Le Minho, berceau de la nation portugaise

Lisbonne, la ville aux sept collines

Lisbonne, la ville aux sept collines

Parc naturel du sud ouest Alentejan et côte Vincentine

Parc naturel du sud ouest Alentejan et côte Vincentine

Porto, entre traditions et modernité

Porto, entre traditions et modernité

Sintra, capitale du romantisme

Sintra, capitale du romantisme

Villes et villages des Beiras

Villes et villages des Beiras

Nos destinations coup de coeur

 Corvo

1. Corvo

Corvo

L’ile de Corvo ou « île noire » est la plus petite île de l’archipel açorien (17km2) et constitue avec sa voisine Flores, distante de seulement 18 km, le groupe occidental.
Corvo est également appelée l’île volcan, la totalité de sa superficie correspondant à un ensemble volcanique composé par un immense cratère de deux kilomètres de diamètre et 300 m de profondeur ainsi qu’une vingtaine de cônes recouverts de verdoyants pâturages. La pierre noire de basalte lui confère sa caractéristique principale.
L’ile est entourée de falaises aux eaux cristallines et donc propice à la découverte sous-marine ou à la singulière balade en bateau. De par sa situation géographique elle est également un poste d’observation ornithologique renommé, visité par des oiseaux migrateurs venus d’Amérique du nord ainsi que d’espèces qui y ont élus domicile tels la sterne ou le puffin centré. Elle mérite amplement son classement au patrimoine des réserves de Biosphère de l’Unesco.
Vila do Corvo est l’unique localité de l’ile, comptant un peu moins de 500 habitants, ses pittoresques moulins à vents en pierre noire viennent rajouter une touche enchanteresse à cette terre isolée et authentique.
Corvo offre une expérience unique de voyage au départ de Flores, ce minuscule caillou perdu dans l’Atlantique, rappelle notre petitesse au milieu d’un océan de calme et de pureté.

 Faial

2. Faial

Faial

Faial ou « ile bleue » est une des îles les plus visitées de l’archipel des Açores.
De petite taille (173 km2), elle fait partie du groupe central de l’archipel des Açores et doit notamment sa renommée a la marina d’Horta, escale incontournable des grandes courses de voile transatlantiques, accueillant de fait les plus célèbres skippers du monde entier.
Faial doit sa couleur bleue aux magnifiques hortensias qui y fleurissent toute l’année.

L’île est dominée en son centre par un immense volcan dont le cratère ou « caldeira » mesure deux kilomètres de diamètre, d’ici part un impressionnant alignement de jeunes cônes volcaniques. Le plus récent d’entre eux ; le volcan Capelinhos, se trouve à l’extrême occidentale, son impressionnante éruption sou marine date de 1957 et dura presque 1 an sous l’œil silencieux du vieux phare qui résista aux forces de la nature, le paysage aride et lunaire qui entoure le site bordé par l’océan azuréen contraste avec le vert des pâturages, bois et forêts qui peuplent l’ile.
Faial est une excellente base pour l’observation de la faune marine et des sorties en mer, quant à la vallée des volcans une invitation à la promenade à pied ou à vélo.

Faial internationale et cosmopolite, tournée vers le monde, attend bras ouverts les explorateurs des temps modernes pour livrer ses secrets les plus intimes.

 Flores

3. Flores

Flores

L’île de Flores ou « île rose » fait partie du groupe occidental de l’archipel des Açores, de petite superficie (140 km2), elle offre une série de beautés naturelles incomparables.
Avec une ambiance du bout du monde, l’ile aux sept lagunes respire la sérénité, dominé par le mont Morro Alto, régnant en maitre depuis ses 914 mètres sur une végétation native d’un vert éclatant et offrant un panorama à 360 degrés exceptionnel. Flores doit sa couleur rose aux nombreux azalées et hortensias qui la recouvrent généreusement arrosées dans ce jardin luxuriant.
Le paysage volcanique de Flores est éloquent avec ses cratères endormis et ses formations rocheuses originales, la plus célèbres étant la Rocha dos Bordões, un ensemble de tubes basaltiques rappelant un immense orgue accroché à flanc de colline.
Flores est également un paradis aquatique, l’eau jaillit de toute part, cascades, piscines naturelles, rivières et lacs ainsi qu’une bande côtière escarpée abritant de nombreux ilots, anses, grottes et fajas. Ces dernières se transformant en miradors d’exception sur les incroyables chutes d’eau semblées tombées du ciel, comme les Fajã Grande et Fajãzinha.
Les villes de Santa Cruz et Lajes rappellent les origines coloniales de l’ile et leur passé prospère, elles vont découvrir sur fonds paysages ruraux de beaux édifices religieux
A la porte des Amériques, l’ile de Flores joyau naturel et féerique vous emmènera dans un voyage hors du temps ou la théorie des cinq éléments prend toute son ampleur.

 Graciosa

4. Graciosa

Graciosa

Graciosa ou « île blanche » est la plus petite des îles du groupe central avec 60 km2 de superficie, elle doit sa couleur a la présence d’une roche volcanique, le trachyte, qui au fil des temps acquiert une couleur blanchâtre
Peu montagneuse, Graciosa doit pourtant sa fierté à son volcan et plus précisément son cratère qu’elle possède en son sein, une cavité volcanique de 40 mètres de hauteur, la Furna do Exnofre, ou bouillonnent des eaux sulfureuses.
L’ile est classée par l’Unesco au rang de réserve de Biosphère, représentant une zone d’importance internationale pour la nidification de certaines espèces rares
Les fonds marins transparents de Graciosa sont de toute beauté, aussi, l’île bénéficie de conditions exceptionnelles pour la pratique de la plongée et de la pêche.
Graciosa brille également pour son patrimoine culturel, depuis le point de vue de la chapelle Nossa Senhora da Ajuda datant du XVIème siècle, se découvrent les maisons typiques blanches de Santa Cruz aux ruelles pavées et représentant un ensemble architectural de style colonial très bien conservé.
Des moulins à vents de couleurs vives viennent animer les regards, symbole fort de l’Île. A ne pas manquer également les thermes de Carapacho, dont les eaux chaudes aux bienfaits reconnues font le bonheur des curistes depuis le XVIIIème siècle
Graciosa, humble et pittoresque se découvre dans un ensemble géoculturel harmonieux.

 Pico

5. Pico

Pico

Pico ou « l’ile grise » est la seconde île des Açores en terme de superficie (445 km2) et fait partie du groupe central. Elle est facilement identifiable grâce à l’impressionnant volcan Pico culminant à 2351 mètres d’altitude et plus haut sommet du Portugal.
Pico doit sa couleur grise aux innombrables champs de laves basaltiques qui recouvrent la partie ouest de l’île. Sur celles-ci ont été plantées des vignes organisées en petites parcelles de terrain méticuleusement délimitées par de jolies murets en pierre. Unique en son genre ,cette mosaïque viticole a permis d’élever le site au statut de Patrimoine mondial de l’Unesco.

C’est sur l’ile de Pico que la végétation endémique des Açores est la mieux conservée, le plateau d’Achada en est le meilleur exemple. Une multitude de cônes volcaniques, étangs et lacs embellissent les lieux et sont prétexte a de belles balades champêtres
Le sous-sol de l’île cache également quelques belles surprises géologiques avec des dizaines de cavités volcaniques, c’est toutefois la Grutas das Torres qui remporte la palme, le plus grand tunnel de lave du Portugal et l’un des plus longs au monde.
Pico est également réputé pour son histoire et sa tradition baleinière, depuis l’interdiction de la chasse au cachalot à la fin des années 90, elle est devenue une base de renom pour l’observation des cétacés, Lajes do pico, Sao Roque sont des ports pittoresques, véritables musées à ciel ouvert, témoin d’une époque glorieuse révolue.

Pico ou l’histoire d’un géant de la nature qui règne en sommeil sur les hommes et la mer et surveillant majestueusement ses voisines Faial et Sao Jorge

 São Jorge

6. São Jorge

São Jorge

Sao Jorge ou « île brune » fait partie du groupe central des Açores, elle se caractérise par une forme allongée tel un navire qui aurait échoué au beau milieu de l’atlantique. En son centre, le Pico da Esperanza s’élevant à 1053 mètres d’altitude
Nous ne pouvons parler de Sao Jorge sans immédiatement évoquer ses « Fajas », véritables emblèmes de l’île, zones planes agricoles situées en bord de mer délimitées d’un côté par les falaises abruptes et de l’autre par l’océan atlantique. Elles sont le résultat de l’activité sismique et volcanique de l’ile, nées soit par l’effondrement de la terre soit pour les plus spectaculaires, par l’arrivée d’un flux de lave dans la mer. Certaines fajas sont habitées et cultivées (bénéficiant de conditions climatiques très favorables à la culture de fruits tropicaux ou de café), la plupart sont accessibles par la route d’autres plus authentiques, comme la magnifique Faja da Caldeira de Santo Cristo, se découvrent par de belles balades côtières.
Sao Jorge doit sa couleur brune à sa terre, riche et fertile qui recouvre la quasi-totalité de l’île, les paysages du centre sont verdoyants, la végétation endémique généreuse, les vaches omniprésentes (la fabrication du fromage est d’ailleurs un savoir-faire propre à l’ile de So Jorge depuis le 16eme siècle, s’y trouvent plusieurs coopératives agricoles alimentant le reste des îles de l’archipel ainsi que le Portugal continental)
L’île possède également un patrimoine culturel intéressant, petits villages typiques aux façades blanches, belles églises du XVIIIème siècle, petits ports pittoresques comme Velas, Calheta ou bien encore Topo.
Sao Jorge est très certainement l’une des îles les plus mystérieuses de l’archipel des Açores, un cadre idyllique pour les amoureux de nature et d’authenticité.

 São Miguel

7. São Miguel

São Miguel

Sao Miguel ou « ile verte » est la plus grande île des Açores avec 745m2, elle se situe dans le groupe oriental et abrite la moitié de la population açorienne.
Elle doit sa couleur verte aux vallées, prairies et forets qui recouvrent l’île. Sao Miguel dévoile une nature grandiose et une variété de paysages exceptionnels : lacs multicolores lovées dans des immenses cratères volcaniques (Siete Cidades, Lagoa do Fogo , Furnas pour ne citer que les plus imposants), geysers, fumerolles, eaux thermales, jardins tropicaux, plantation des fruits exotiques, de thé et de tabac.
De par une nature aussi généreuse, Sao Miguel invite le voyageur à la promenade, de nombreuses balades y sont proposées tout autour de l’ile, des miradors ont également été aménagés pour jouir d’une vue imprenable sur la végétation exubérante contrastant avec le bleu intense de l’atlantique.
Sao Miguel est de manière générale le paradis des sports et loisirs de plein air en tout genre Golf, VTT, Safari 4x4, équitation, kayac/ Elle est également une bonne base pour des sorties en mer (observation des baleines, voile, plongée)
La culture et l’histoire n’est pas en reste sur Sao Miguel, l’île est jalonnée de petites villes et villages au riche passé colonial : Ribeira Grande, Povoaçao, Nordesde, Vila Franca do Campo, Ponta Delgado en sont des exemples architecturaux somptueux, cette dernière est par ailleurs la capitale de l’archipel, églises baroques, monuments, musées, ruelles chargées d’histoires témoignent de son opulence passé et mérite une visite d’un ou deux jours.

Vous l’aurez compris, Sao Miguel est l’étape incontournable d’un voyage aux Acores

 Santa Maria

8. Santa Maria

Santa Maria

Santa Maria ou « île jaune » constitue avec Sao Miguel le groupe oriental de l’archipel des Açores, c’est une petite île de 97 km2 qui à la différence de sa voisine, est plus chaude et aride, la végétation subissant une sécheresse relative lui confère sa couleur jaunâtre.
Elle est considérée comme la station balnéaire des Açores par excellence avec de jolies baies aux eaux calmes invitant au farniente ett à la pratique de sports nautiques et sous-marins.
Le paysage de Santa Maria est nettement différent de celui des autres îles des Açores. Elle est l’unique île où se trouvent des dépôts de sédiments calcaires très anciens où il est facile de trouver des fossiles, le désert de sable rouge de Barreiro da Faneca est un autre attrait de l’île.
Enfin, sur le thème culturel, Santa Maria se démarque une fois de plus, Vila do Porto est la première île construite sur l’archipel des Açores et l’on peut encore y apercevoir les vertiges des premières constructions, églises et chapelles. Quant aux maisons traditionnelles de Santa Maria, de formes rectangulaires flanquées de cheminées cylindriques, elles sont de multiples couleurs qui se marient parfaitement avec le blanc des façades, style architectural unique sur l’archipel.

Santa Maria ou île du soleil, l’ainé des Açores rayonne et se pare de ses plus belles couleurs pour séduire le visiteur arrivant de Sao Miguel sa voisine, alliant contraste et originalité.

 Terceira

9. Terceira

Terceira

Terceira ou « île Lilas » est la troisième plus grande île des Açores avec 400 m2, elle se situe dans le groupe central et c’est la seconde île la plus peuplée de l’archipel.
Elle possède un riche patrimoine culturel et architectural, la ville Angra do Héroismo est d’ailleurs classée au patrimoine mondial de l’Unesco, la couleur lilas prédominant sur les belles façades anciennes. Chaque village possède de belles chapelles dites « imperio » typiques des Açores dont on dénombre plus de 50 dans toute l’île, utilisées pour les fêtes de l’esprit saint particulièrement impressionnantes à Terceira, la festive.
Terceira, paisible et bucolique, invite le voyageur à déambuler au gré des chemins ruraux à la découverte de son patchwork de couleurs crée par la multitude de terrains agricoles séparés par des jolis murets en pierre et les haies d’hortensias, de vignes de Biscoitos organisées en petites plantations donnant naissance à un intéressant vin local de sepage « Verdelho ».
Tout comme ses consœurs, Terceira propose un large choix d’activités de pleins airs ainsi qu’un fabuleux monde souterrain, les grottes de l’Algar do Cavao et Gruta do Natal en symbolisent la force volcanique jadis présente et promettent une expérience spéléologique extraordinaire.
Entre charme d’antan et nature préservée, Terceira ouvre ses bras au voyageur curieux et passionnés.

 Île de Madère

10. Île de Madère

Île de Madère

Madère, l´île principale de l´archipel, est un véritable éden pour les amoureux de la nature et des randonnées. Le paysage volcanique de l´île est quadrillé par des "levadas", d´anciens canaux d´irrigation, parsemées de beaux sentiers de marche. Située à 500km des côtes nord Africaines, Madère bénéfice d´un climat doux où le printemps ne semble jamais s´arrêter. Funchal, la capitale, est célèbre pour sa cathédrale. Forêts, belvédères impressionnants, sommets à gravir, fleurs endémiques, cétacés, fruits tropicaux...les merveilles madériennes ne cesseront de vous surprendre.

 Îles Desertas

11. Îles Desertas

Îles Desertas

Ilhas Desertas, 3 petites îles inhabitées au sud-est de l´île Madère, sont très protégées et constituent une réserve naturelle. D´origine volcanique, ces îles déploient un dégradé de couleurs orangées. Une sortie en bateau depuis Madère vous permettra d´admirer les merveilles des îles Chão, Deserta Grande et Bugio.

 Porto Santo

12. Porto Santo

Porto Santo

L´île de Porto Santo, surnommée l´île dorée en référence à sa plage interminable de sable fin, se situe à moins de 2 heures au large de Madère. D´origine volcanique, l´île bénéficie d´un climat doux et tempéré toute l´année. Ce petit coin de paradis sera idéal pour une fin de séjour sous le signe de la détente.

 Bragança et le Trás-os-Montes, terre de traditions

13. Bragança et le Trás-os-Montes, terre de traditions

 Coimbra et sa région

14. Coimbra et sa région

Coimbra et sa région

Ville universitaire par excellence, Coimbra vit la tradition académique avec ferveur depuis le XVIème siècle. Sachant habilement s’adapter aux réformes des différents courants de pensées en intégrant de nouvelles disciplines tes la médecine et les sciences, elle conserve au fil des années sa renommée internationale et attire des étudiants du monde entier.
La ville compte de nombreux édifices anciens à l’instar de sa cathédrale, une des anciennes du pays. Autre moment fort, le musée Machado de Castro construit sur les ruines mêmes de l’ancien forum romain, il renferme sur plusieurs étages, une richesse incroyable de collection d’art de l’époque médiévale à la reconnaissance.
Ayant conservé intactes ses traditions liées à la vie estudiantine, Coimbra est une ville jeune, dynamique et animée tout au long de l’année ou l’on y voit déambuler les étudiants vêtus de leurs grandes capes noires. En Mai, s’y tient une fête-symbole, la « Queima das fitas » ou le brulage des rubans.
Autres étapes incontournables aux alentours de Coimbra, les ruines de la cité antique de Conimbriga dont les mosaïques aux scènes mythologiques sont admirablement bien conservées. Enfin, Luso et la forêt de Buçaco, petit Eden exotique et luxuriant de 100 hectares autrefois propriété de la communauté des moines bénédictins puis domaine de chasse de la famille royale, en son sein l’un des plus extravagant palais néo manuélin jamais construit au Portugal, transformés récemment en hôtel.

 Alentejo, voyage à travers l'histoire et les grands espaces

15. Alentejo, voyage à travers l'histoire et les grands espaces

Alentejo, voyage à travers l'histoire et les grands espaces

Occupant un tiers du territoire portugais, l’Alentejo est la plus grande région du pays, c’est une terre généreuse ou abondent les champs de tournesol, les plaines à pertes de vues peuplées de chêne lièges et d’oliviers sans oublier les vignobles du nord dont la notoriété internationale ne cesse de croitre. Sous l’influence de conditions climatiques exceptionnelles, le sol granitique de l’Alentejo favorise la culture du raisin et permet aux grandes propriétés vinicoles de produire un vin de qualité essentiellement rouge, fort et intense. Cette région est également la terre d’élevage des purs sangs lusitanien faisant la fierté des évènements équestres.
Mais l’Alentejo est surtout connu pour sa longue et passionnante Histoire, Evora sa capitale en est l’exemple le plus marquant, véritable ville musée, ses vestiges romains côtoient palais et convents qui virent le jour au XVème siècle époque faste ou les rois du Portugal l’avaient élu comme résidence d’été.
Elle possède également le plus grand ensemble de dolmens et menhirs de la péninsule ibérique attestant d’une occupation néolithique importante.
Dans le centre de l’Alentejo, l’époque d’or des grandes découvertes donna un élan à l’expansion urbaine et la construction de riches bâtisses coloniales où se succédèrent les styles architecturaux, gotique, manuélin, néo-classique, baroque. Les villages aux façades blanchis à la chaux sont des petits bijoux et se découvrent en suivant des routes thématiques comme celles du marbre ou des fresques.
En se rapprochant de l’Espagne, un monde médiéval nous attend, citadelle, châteaux et forteresses, dominent les plaines et surveillent l’ennemi depuis leur éperon rocheux.
Plus au sud, aux portes de l’Algarve, l’influence mauresque se fait sentir, ruelles sinueuses des anciens quartiers arabes, mosquées reconvertit en églises, l’Andalousie n’est plus très loin et les magnifiques plages de l’extrême sud portugais appellent le voyageur pour une pause bien méritée.

 L'Algarve, soleil, plage et influences mudéjares

16. L'Algarve, soleil, plage et influences mudéjares

L'Algarve, soleil, plage et influences mudéjares

De ses origines Islamiques, l’Al-Gharb conserve un héritage architectural notable s’adaptant aux spécificités d’une région chaude et ensoleillée : cheminées aux décorations en dentelles, toits à quatre versants, encadrements colorées des portes et fenêtres, murs blanchit a la chaud, rues sinueuses. Faro et Tavira sont ravissantes à souhait.

L’arrière-pays nous rappelle toutefois que l’histoire de l’Algarve ne s’arrête pas seulement aux maures telles les ruines romaines de Milreu ou la cité médiévale de Silves avec sa forteresse de grès rouge, les moulins à eaux et à vents venant apporter une toile de fond bucolique.
Enfin et surtout, l’Algarve est considéré comme l’une des agréables destinations touristiques d’Europe de par ses 300 jours de soleil annuel et ses superbes plages de sables fin aux couleurs pastelles, sa ceinture côtière longue de plus de 200 km bénéficie d’un microclimat de type méditerranéen
Enfin, ce climat doux et généreux a impulsé la création de terrains de golf et a placé la destination comme site d’exception pour la pratique de ce sport, qui est devenu un incontournable en Europe et attire les joueurs de golf du monde entier.

 La Vallée du Côa, la rivière aux mille gravures

17. La Vallée du Côa, la rivière aux mille gravures

La Vallée du Côa, la rivière aux mille gravures

Amateurs d’archéologie ou tout simplement visiteurs curieux de découvrir le patrimoine universel du Portugal, la Vallée du Coa s’offre à vous.
Considérée comme le plus grand musée paléolithique à ciel ouvert du monde, Coa est un legs inestimable des premiers hommes de l’Humanité, qui au travers de leur gravures rupestres présents sur plus de 800 roches nous communiquent leur histoire, leur mode de vie, leurs pensées et émotions.
Cette forme d’expression nous apprend comment à cette époque les chasseurs nomades avaient mis à profit leur ingéniosité pour exécuter leur art en empruntant diverses techniques de gravures qui ont su braver les intempéries et parcourir des millénaires ; Aujourd’hui l’homme moderne découvre entre vignobles et plantations d’oliviers des dessins de chevaux, bouquetins.
Alors prêts pour un bon dans le passé de plus de 10.000 ans?

 La Vallée du Douro, entre nature et culture

18. La Vallée du Douro, entre nature et culture

La Vallée du Douro, entre nature et culture

Au départ de Porto, en véhicule, train ou bateau se dessine, l’un des plus extraordinaires fleuves européen, le Douro. En suivre ses méandres, paresser sur l’un de ses belvédères ou bien encore y déguster son célèbre vin le place comme une étape incontournable dans la découverte du Nord Portugal.
Prenant sa source en Espagne et traversant sur une centaine de kilomètres montagnes abruptes et vallées encaissées, le Douro au même titre que le Tage à Lisbonne est un fleuve chargé d’Histoire. Son paysage de culture en terrasses recouvertes de vignobles à l’exploitation millénaire, ses grandes propriétés agricoles ou « quintas » qui maintiennent les traditions d’Antan, lui ont permis d’accéder à la très prisée liste du patrimoine mondial de l’Unesco.
Mais le Douro ce n’est pas uniquement le vin, la région est parsemée de villes et villages historiques : monastères, sanctuaires, églises coloniales enchantent les passionnées d’architecture. La vie rurale et bucolique, ancrée dans ses traditions ancestrales laisse, quant à elle, l’objectif de l’appareil béat devant des paysages tant photogéniques aux pachwork de couleurs lumineuses.
Plus loin, la vallée du Coa, dévoilant sur dix-sept kilomètres un immense canevas de gravures rupestres datant du paléolithique.
Sur la route de Douro, les cinq sens sont en éveil.

 La Vallée du Tage

19. La Vallée du Tage

La Vallée du Tage

Distante d’une centaine de kilomètres de la capitale Lisboète, la région Centre se présente comme une excellente alternative pour faire connaissance avec le cœur du Portugal et ses habitants, résolument tournés vers la mer. Terre d’héritages culturels de dimension internationale, elle retient l’attention du voyageur à bien des égards.
D’un côté, les petits villages en bord de mer qui entretiennent depuis des siècles une relation privilégiées avec l’Océan et vivant pour la plupart de la pêche, plus en retrait un bon de géant dans le passé emmène au bourg médiéval d’Obidos, son château, ses remparts, ses petits rues pavées sont quasiment intactes depuis le XIIIème siècle.
Enfin la dernière étape de ce voyage dans le temps nous conduit au cœur de la vallée ou se cache un dédale de trésors historiques et architecturaux, les grands ordres religieux de l’Histoire de l’Occident marquent ici leurs passages, Templiers, Dominicains, Cisterciens lèguent d’impressionnants monastères et transmettent une philosophie qui donnera l’élan aux grandes découvertes maritimes des siècles suivants.

 Le Grand Lisbonne

20. Le Grand Lisbonne

Le Grand Lisbonne

La ville de Lisbonne tant par son histoire, sa culture et son cadre peut représenter un séjour à elle seule. Il serait toutefois dommage de ne pas consacrer, ne serait-ce qu’une ou deux journées supplémentaires, à ses alentours.
Le « Grand Lisbonne » c’est bien entendu la mer : les stations balnéaires de Cascais et Estoril en sont un parfait exemple pour conjuguer promenades de bords de mer et découvertes historiques de villages colorés. Vient ensuite la péninsule d’Arrabida terre de riches traditions vinicoles et offrant un paysage sauvage avec l’estuaire du Sado, où dauphins et flamands rose peuplent cette zone protégée. Puis l’arc du Tage aux caractères ruraux, lieux de traditions liées au fleuve, à la pêche et aux chevaux.

 Le Minho, berceau de la nation portugaise

21. Le Minho, berceau de la nation portugaise

Le Minho, berceau de la nation portugaise

Région aux paysages verdoyants, le Minho est considéré à juste titre comme le poumon vert du Portugal. Il se compose de vallées fertiles, vignobles, champs de châtaigniers embellies par de somptueux manoirs et demeures seigneuriales qui ont pour certaines sauver leur existence en se transformant en maison d’hôtes. Nous y trouvons également l’unique parc national du pays, le parc Peneda/Gerez qui rassemble une centaine de villages de granit dont la physionomie a très peu changé depuis l’époque moyenâgeuse.
Terre chargée d’Histoire, foulée par les celtes a l’âge de bronze, les cités du Minho rayonnent de prestige : Guimarães, la médiévale, dont le centre historique est classé par l’Unesco comme patrimoine mondial de l’humanité et qui a donné naissance à la nation Portugal ; Braga ou ville des archevêques qui est une des villes les plus anciennes du monde chrétien tel en témoignent la profusion d’églises qu’elle abrite ; Ponte de Lima, la romaine et étape appréciée des pèlerins sur le chemin de Compostelle.
Riche en coutumes, processions et pèlerinages, le Minho offre de très belles fêtes colorées tout au long de l’année comme la très couru Romario Nossa Senhora d’Agonia à Viana do Castelo où les costumes traditionnels féminins du XIX siècles sont mis à l’honneur.

 Lisbonne, la ville aux sept collines

22. Lisbonne, la ville aux sept collines

Lisbonne, la ville aux sept collines

Située sur l’embouchure du Tage, Lisbonne, capitale du Portugal est océanique de par sa géographie et méditerranéenne dans son comportement, chargée d’histoire, tels en témoignent la multitude de musées qui s’y trouvent, elle resplendit par ses édifices coloniaux, couvents et églises dans un style architectural sobre et ordonné. Elle est également l’un des plus grands centres culturels d’Europe, musique, mode, littérature, arts anciens et contemporains se côtoient dans une ambiance très agréable ce qui lui confère un caractère unique.
La ville aux sept collines saisie par son contraste, à chaque quartier, son âme : L’Alfama pittoresque dédale de rues sinueuses qui nous plonge dans un Lisbonne historique où se sont succédés il y a des décennies romains, visigots, maures ; La Baixa, où bat le cœur de la ville avec des rues commerçantes et animées ; le Chiado le quartier chic aux grandes magasins et cafés, le Barrio Alto à l’ambiance bohème et festive, puis plus moderne au nord le Parc des Nations, qui a donné le jour à l’Expo Universelle de 1998, sans oublier Belem d‘où sont parties les premières caravelles en direction du Nouveau Monde.
Intime et secrète, la capitale lisboète séduit par sa luminosité, ses maisons colorées, ses places arborées et jardins fleuris, ses belvédères ou il fait bon de s’attarder pour attendre le coucher de soleil, l’hospitalité de ses habitants. La mélodie langoureuse du fado résonne au loin.
Une ville authentique qui se hisse au statut d’Incontournable des prestigieuses cités européennes.

Lisbonne ne se visite pas, elle se vit !

 Parc naturel du sud ouest Alentejan et côte Vincentine

23. Parc naturel du sud ouest Alentejan et côte Vincentine

Parc naturel du sud ouest Alentejan et côte Vincentine

Ce splendide parc de 75000 hectares s´étend sur environ 100km de la façade atlantique de l´Alentejo à la pointe ouest de l´Algarve. Dunes de sable, falaises aux tons ocre, villages typiques aux maisons blanches, plages sauvages...les amateurs de nature et de calme seront séduits par ces paysages encore très préservés.

 Porto, entre traditions et modernité

24. Porto, entre traditions et modernité